“Les 12 coups de midi” : Eric a-t-il triché pour découvrir l’Etoile mystérieuse ?

124 participations, ça commence à faire beaucoup de bonnes étoiles ! Eric, nouveau grand champion des 12 coups de midi, émission animée par Jean-Luc Reichmann, a récemment passé le cap des 600.000 euros de gains et de cadeaux. Lundi 23 mars 2020, il débarquait ainsi sur le plateau de l’émission phare de TF1 avec précisément 608.363 euros de gains dans les poches. Et, à la fin de l’émission, il découvrait, enfin, qui se cachait derrière une nouvelle étoile mystérieuse : le comédien, animateur et personnage phare de Fort Boyard Willy Rovelli. Mais à force de trouver toutes les énigmes et de répondre à toutes ces questions, certaines mauvaises langues partagent sur les réseaux sociaux leurs suspicions. Et si le candidat trichait pour aller toujours plus loin dans l’émission ? Lors d’une interview accordée à Femme Actuelle vendredi 13 mars 2020, le grand champion a accepté de se confier à ce sujet. “Il est impossible de tricher dans l’émission”, nous a affirmé Eric. “Les tournages ont lieu bien avant la diffusion et il y a un tel décalage qu’il est impossible de tricher en regardant les indices sur Internet si cela a fuité à cause d’un spectateur présent dans la public. Quand l’Etoile mystérieuse est révélée, cela veut dire qu’elle a déjà été trouvée, et c’est toujours moi qui la découvre.”

Un décalage entre tournage et diffusion qui créé parfois la confusion

Le décalage entre tournage et diffusion est aussi la raison pour laquelle les téléspectateurs ne voient actuellement pas beaucoup de mesures prises pour limiter la propagation du coronavirus. Lors de son entretien avec Femme Actuelle, Eric s’était également confié à ce sujet, assurant qu’à l’époque, il n’y avait pas eu de de tournages annulés ou reportés, simplement de petites précautions mises en place. “Les tournages ont bien lieu, mais dans de bonnes conditions”, nous a-t-il glissé. “Cela signifie des prises de température au début des tournages, dans le but de s’assurer que le public et les candidats ne soient pas

(...) Cliquez ici pour voir la suite