“Les 12 coups de midi” : quand Zette mate les fesses de Jean-Luc Reichmann

Depuis le lancement des 12 Coups de midi en 2010 sur TF1, le public a vu défiler des candidats parmi lesquels des maîtres de midi devenus des figures emblématiques du programme. Questions sur l’histoire de France, du sport, du cinéma… mais aussi des duels et une étoile mystérieuse à découvrir pour tenter de remporter d'innombrables cadeaux. Une recette qui fait les beaux jours de la Une à laquelle s’ajoute le duo formé par Jean-Luc Reichmann et Zette, sa voix off. Si le premier découvre bien souvent les réponses du jeu avec étonnement, la seconde n’est jamais à court de détails et de précisions, pour le plus grand plaisir du public.

⋙ "Les 12 coups de midi" : Jean-Luc Reichmann touché en plein coeur par le témoignage d’une candidate

Un binôme devenu complice au fil des années qui n’hésite pas à se chamailler, à s’envoyer des petites piques, mais aussi à rire ensemble. Ce jeudi 6 février encore, la bonne humeur était au rendez-vous entre le présentateur et sa voix off qui ne s’est pas gênée pour… mater les fesses de Jean-Luc Reichmann. Alors qu’Eric s’apprêtait (encore une fois) à tenter de découvrir l’image cachée derrière l’étoile mystérieuse, l’animateur a présenté les nombreux cadeaux mis en jeu. En plus d’un smartphone, d’une voiture, d’un appareil photo ou encore d’une paire de jumelle, s’ajoute une petite enceinte portable. Un gadget que Jean-Luc Reichmann s’est empressé de récupérer pour défiler avec sur le plateau de son émission.

“Mais c’est superbe ! Voyez-vous, en plus ce petit marron (en référence aux couleurs de l’enceinte avec laquelle il se balade sur le plateau, ndlr) va bien avec mes poches de couture de derrière. Vous avez vu ou pas ?”, lance Jean-luc Reichmann à Zette qui n’a plus s’empêcher d’ajouter : “Très sympa!”. Amusé, l’interprète de Léo Matteï constate : “J’ai bien vu que vous matiez mon fessier !” “Oui, comme à l'habitude”, a rétorqué la voix off sous les rires du public.

A lire aussi : "Les douze coups de midi" : Jean-Luc Reichmann ému par

(...) Cliquez ici pour voir la suite