12 remèdes naturels contre les règles douloureuses

Fatigue, ballonnement abdominal, crampes au niveau du bas-ventre, douleurs dans le bas du dos, nausées… Et on en passe. Tant de douleurs menstruelles qui accompagnent vos règles tous les mois. Ces douleurs lors des menstruations sont appelées la dysménorrhée. La dysménorrhée primaire apparaît dès les premières règles chez l'adolescente et elle est sans gravité le plus souvent. Selon Ameli.fr, 50 à 70 % des adolescentes ont des règles douloureuses de façon permanente ou occasionnelle. La dysménorrhée est secondaire lorsqu'elle survient chez la jeune femme après la puberté.

Ces douleurs menstruelles peuvent être ressenties avant, pendant et même après les menstruations et peuvent durer un, deux jours ou plus, selon les personnes. Quant à l’intensité, elle est variable, de la simple gêne aux douleurs modérées ou intenses. Certaines femmes ont pris l’habitude de prendre des médicaments à cette période du mois pour soulager la douleur. Mais d’autres alternatives existent pour calmer les règles douloureuses. On fait le point sur les remèdes naturels et efficaces qui viennent à votre rescousse lors des règles douloureuses.

Le massage

Le massage peut diminuer et accompagner naturellement vos douleurs menstruelles. Le massage des zones réflexes gynécologiques plantaires contribue à décongestionner l’ensemble du petit bassin et libère les lourdeurs du bas-ventre. Il aide à la bonne irrigation sanguine de l’utérus et restreint la tendance aux gonflements.

Les huiles essentielles

Dites adieu aux médicaments et bonjour à l’aromathérapie. L’association de plusieurs huiles essentielles, soulageant les douleurs des règles, agit sur plusieurs axes. Leur mission ? Calmer les spasmes grâce à leurs vertus antispasmodiques et anti-inflammatoires.

Les infusions

Sauge, mélisse, camomille… Les vertus curatives des plantes ne sont plus à prouver. Leur richesse et puissance soignent de nombreux troubles dont la dysménorrhée.

Endométriose ou règles douloureuses ?

L’endométriose est une maladie

(...) Cliquez ici pour voir la suite