13 novembre : des commémorations chamboulées en plein confinement

Anaïs Guillon
·2 min de lecture

Cinq ans après les attentats terroristes qui ont fait 130 morts et 350 blessés à Saint-Denis et Paris, une série de commémorations a eu lieu ce matin sur les différents sites des attaques. En raison du confinement, seuls les présidents de deux associations de victimes participaient à ces hommages présidés par le Premier ministre. 

Personne n’a oublié cette soirée terrible. Cinq ans après les attentats les plus meurtriers jamais commis en France, le Premier ministre Jean Castex ainsi que Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur et Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice se sont rendus sur les différents lieux qui ont été attaqués le 13 novembre 2015. Ils étaient accompagnés de la maire de Paris, Anne Hidalgo, et du maire de Saint-Denis, Mathieu Hanotin. Contrairement aux précédentes années, les cérémonies ont dû être organisées en comité très réduit, en raison du confinement pour lutter contre le coronavirus. En accord avec les associations de victimes, seuls les présidents de deux associations de victimes, Life for Paris et 13onze15, participaient à ces hommages.  

Recueillements sur les lieux des attaques 

Les commémorations ont débuté à 9h45 devant le Stade de France à Saint-Denis, où le chef du gouvernement a déposé une première gerbe de fleurs. Le cortège restreint s’est ensuite déplacé dans le 11e arrondissement de Paris, pour se recueillir devant les terrasses des cafés et restaurants touchés par les attentats. Cette matinée d’hommages s’est terminée devant la salle de concert du Bataclan, où 90 personnes ont perdu la vie le 13 novembre 2015. 

Au Bataclan, Paris se souvient. #FluctuatNecMergitur #13novembre2015 pic.twitter.com/OjeMeSPKtn

— Paris (@Paris) November 13, 2020

Commémorations à distance et sentiment de frustration 

Pour le...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi