13-novembre : « l'attente monstrueuse » d’une mère pour retrouver sa fille, morte au Bataclan

·2 min de lecture

Sa fille unique, fauchée à 23 ans au Bataclan, n'a été identifiée que quatre jours plus tard : au procès de ces attentats djihadistes, Véronique témoignera de sa « quête » sans fin pour obtenir des réponses. 

Cette nuit tragique il y a près de six ans, Véronique est réveillée par les sonneries de son téléphone. Un message la prévient que sa fille Claire a été blessée au Bataclan. « Son petit ami est arrivé vers 5 heures et m'a dit qu'elle était touchée à la cuisse et qu'il n'avait pas pu l'extraire car il y avait trop de corps par terre [...] qu'il l'avait laissée près de la porte pour que les services de secours la trouvent tout de suite », relate cette assistante de direction de 61 ans, qui ne souhaite pas donner son patronyme. 

« On l'a cherchée partout. On a téléphoné 10 000 fois, on nous a dit qu'on nous rappelait 50 000 fois », confie Véronique, les yeux rougis derrière ses lunettes. Elle était alors « persuadée que Claire était à l'hôpital quelque part et qu'on allait la retrouver. » Au téléphone, elle ne cesse de « décrire [sa] fille physiquement, tous les détails y compris ses vêtements, comment elle était coiffée », sa taille, son poids, où elle se trouvait dans la salle du Bataclan. Avec l'une de ses sœurs, Véronique fait la tournée des hôpitaux, même ceux de province car elles avaient appris « que des victimes étaient parties jusqu'à Rouen. » À l'École militaire, où les autorités ont mis en place un accueil pour les familles, elle « [s'] écroule » après trois jours de vaines recherches quand « un officiel » répond par la négative à sa question : « Est-ce qu'il y a encore des gens dans le coma qui...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles