130 personnalités et militants signent une lettre ouverte dénonçant "l’humiliation publique" d’Amber Heard

Consolidated News Pictures / Contributeur

C’est un procès qui a marqué l’année 2022. Au terme de six longues semaines d’audience au tribunal de Fairfax, en Virginie (États-Unis), Amber Heard a été reconnue coupable de diffamation envers Johnny Depp, le 1er juin dernier. Elle s’était effectivement présentée comme une victime de violences conjugales, sans citer le nom de son ex-époux, dans une tribune publiée dans le Washington Post en 2018. Cette saga judiciaire, qui a été très médiatisée, a suscité bon nombre de réactions et de commentaires de la part du public. La comédienne de 36 ans a notamment été victime de violentes critiques, d'insultes et de rumeurs à répétition sur les réseaux sociaux.

Cinq mois après le verdict, qui s’est conclu par la condamnation d’Amber Heard à payer 10 millions de dollars de dommages et intérêts à Johnny Depp (rappelons que ce dernier a de son côté été condamné à verser 2 millions de dollars), de nombreuses personnalités américaines ont décidé de défendre publiquement l’actrice. 130 organismes, activistes, universitaires, médecins et célébrités (dont la réalisatrice Amy Ziering et l’actrice Constance Wu) ont effectivement publié, ce jeudi 17 novembre, une lettre ouverte pour "condamner l’humiliation publique" dont elle a été victime, a rapporté TF1 Info.

Les auteurices de cette tribune se disent "profondément interpellés" par la condamnation d’Amber Heard et par "l’ampleur et la violence inédites" du "dénigrement" et du "harcèlement en ligne" dont elle et ses soutiens ont été victimes. Un (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Combien gagneraient les mères au foyer si elles étaient rémunérées ? Une étude a enfin la réponse
Lgbtphobie : une fusillade fait au moins cinq morts dans une boîte LGBT+ du Colorado
"Ne laisser personne sur la touche" : elles organisent une contre Coupe du monde de foot mixte et inclusive
En France, 16 % des femmes en situation de handicap ont déjà été victimes de viol, selon une étude
Le Sénat américain, à majorité démocrate, devrait finalement voter une loi protégeant le mariage homosexuel