134e féminicide? Deux femmes retrouvées mortes à Montauban

S'agit-il du 134e féminicide de l'année comme l'affirme le collectif féminicides par compagnons ou ex qui recense, partout en France, le nombre de femmes tuées sous les coups de leur conjoint ou ex? L'enquête permettra de le déterminer. A ce stade, les faits ne sont pas encore suffisamment clairement établis pour conclure à un nouveau féminicide. Jeudi 14 novembre au matin, la police a découvert les corps sans vie de deux femmes, dans une maison de ville à Montauban. Les victimes, tuées par arme à feu, étaient âgées de 18 ans (Laura) et 38 ans (Emilie). Comme le rapporte La Dépêche, le fusil retrouvé près des corps est bien l'arme utilisée pour le double meurtre.

L'alerte a été donnée par Mehdi, le petit ami de Laura et fils d'Emilie. Selon le quotidien, le jeune homme serait sorti en trombe de chez lui vers 4h du matin, hurlant dans les rues, en caleçon, criant à l'aide et demandant qu'on appelle la police. Selon une voisine, il aurait dit: "il a tué ma mère, j'ai fait une connerie, il est dehors, il me suit.." Gravement blessé aux mains, il a été pris en charge par les secours. Opéré depuis, il reste interrogé au commissariat et s'en tient à sa version première: une tierce personne serait entrée dans la maison, tuant sa mère et sa compagne.

⋙ 133e féminicide : une femme poignardée à mort par son mari devant ses filles

Le compagnon d'Emilie, un temps suspecté, a été mis hors de cause. Comme ont pu le vérifier les policiers notamment grâce aux caméras de surveillance de la ville, l'homme prénommé Nordine était bien absent du domicile, ne quittant son épicerie qu'à 5 heures du matin, soit une heure après la découverte des corps des victimes. Pour autant, il était connu des services de police pour violences conjugales. Condamné en janvier 2018 à huit mois de prison avec sursis et une mise à l'épreuve, il avait interdiction d'entrer en contact avec la victime. Il risque une révocation de son sursis et une incarcération. Il a été déféré au parquet de Montauban.

A lire aussi

(...) Cliquez ici pour voir la suite