138e féminicide ? Un homme de 59 ans aurait annoncé la disparition de sa femme pour camoufler son meurtre

Si les chiffres concernant les féminicides ne sont pas toujours les mêmes partout, il est certain qu’ils sont trop élevés. Et il est probable que Florence Thibaudat soit cette année la 138e femme à mourir sous les coups de son conjoint (ou ex-conjoint). Dimanche 17 novembre 2019, le corps sans vie de cette quinquagénaire a été découvert par des promeneurs dans la forêt de Chaingy, avoisinant la ville d’Orléans (Loiret). Selon les informations du Parisien, elle aurait été victime de violences conjugales. Son corps portait en effet des traces de blessures, qui lui auraient été fatales. Samedi 23 novembre, son compagnon Pascal H. a été mis en examen, avant d’être placé en détention provisoire et présenté à un juge. Le Parisien dévoile par ailleurs une information pour le moins troublante : le prévenu aurait apparemment tout mis en oeuvre pour éviter d’être soupçonné.

⋙ L’association ONU Femmes demande l’inscription du féminicide dans le Code pénal par le biais d’une campagne choc

Aux alentours de midi la veille de la découverte du corps de Florence Thibaudat, il aurait signalé sa disparition à la gendarmerie. “Il a en effet maquillé les violences infligées à sa compagne”, écrivent nos confrères. Il aurait fait part aux gendarmes de sa grande inquiétude, puisqu’elle n’était pas rentrée à leur domicile. Il aurait donc fourni un témoignage crédible ainsi qu’une description méticuleuse du physique de son épouse, couverte de nombreux tatouages. Pascal H. avait d’ailleurs relayé ses angoisses via son compte Facebook, sur lequel plusieurs photos font apparaître la quinquagénaire. Le matin de la disparition, avant donc de prévenir les autorités, il avait publié des appels “désespérés”. “Ma femme a disparu aujourd'hui et à cette heure-là, toujours pas de nouvelles. Si quelqu'un dans ses contacts l'a vue, prévenir la police ou moi”, a-t-il partagé. Le soir-même, il ajoutait : “A tous mes contacts, la disparition de ma femme n'est pas un canular. Je joue pas à ça.”

Le lendemain, à

(...) Cliquez ici pour voir la suite