14 jours supplémentaires : la France double le congé paternité des futurs pères

·1 min de lecture

À partir de ce jeudi 1er juillet, la durée du congé paternité des Français passe de 14 à 28 jours. Une avancée importante, qui pour autant ne met pas le pays au niveau de certains de ses voisins. 

Plus présents dans les premiers jours de l’enfant. Dès ce jeudi, les pères français ont désormais le droit à 28 jours de congé paternité, contre 14 auparavant. Ils pourront donc davantage s'investir auprès de leurs nouveau-nés. Cela marque une avancée importante sans, toutefois, mettre le pays au niveau de certains de ses voisins.

Cette réforme de société, attendue depuis longtemps, impose une semaine de congé obligatoire au père - ou au second parent - et sera financée par la Sécurité sociale, seuls trois jours dits « de naissance » étant à la charge de l'employeur. Dans le cas d'une naissance multiple, sept jours de congés sont ajoutés. Annoncée en septembre 2020 par Emmanuel Macron, elle vise à permettre une plus grande implication des pères au sein du foyer, notamment auprès des enfants. Et, à la clef, à faire progresser les mentalités dans un pays où, encore aujourd'hui, « être parent a plus de conséquences sur l'emploi des femmes », que sur celui des hommes, selon une enquête menée en 2018 par l'Institut national de statistiques.

Lire aussi >> Le congé paternité, instrument de l’égalité femmes-hommes

« De nombreux freins psychologiques »

Pourtant, les nouveaux pères sont souvent demandeurs. À deux semaines de la naissance de sa fille - son premier enfant -, Nicolas, infirmier dans une maison de retraite médicalisée, confie à l’AFP avoir « hâte » de la « rencontrer ». « Pouvoir prendre un mois de congé,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi 

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles