Publicité

15 avancées récentes pour les droits des femmes qui nous redonnent espoir [DIAPORAMA]

Révocation de l'arrêt Roe V Wade garantissant le droit à l'avortement aux États-Unis, droits des femmes réduits à peau de chagrin en Afghanistan, massacres et répressions en Iran… Ces douze derniers mois ont été le théâtre de violences et d'un recul des droits des femmes sans pareil dans plusieurs régions du monde. En ce 8 mars hautement symbolique, la rédaction de NEON a donc souhaité se concentrer sur le positif en mettant en lumière 15 avancées féministes récentes survenues en France et dans le reste du globe. Découvrez-en 5 ci-dessous, et le reste dans notre diaporama.

Inquiet·es face à la révocation de l’arrêt Roe V. Wade aux États-Unis, des parlementaires français·es ont souhaité ancrer explicitement le droit à l’avortement dans la Constitution - une manière de protéger ce droit fondamental en lui donnant une plus grande valeur juridique et en le rendant plus difficile à modifier. Le 24 novembre dernier, l’Assemblée nationale s’est donc prononcée en faveur de cette mesure en adoptant, par 337 voix contre 32, une proposition de La France insoumise soutenue par la majorité. Une première victoire, même si l’inscription de cette loi dans le texte constitutionnel est encore loin d’être actée.

Et pour cause : n’ayant pas été votée dans les mêmes termes par le Sénat, qui a abandonné la notion de "droit" pour privilégier celle de "liberté" d'avoir recours à l'avortement, la proposition de loi devra retourner à l'Assemblée nationale puis au Sénat pour une deuxième lecture, avant d'être (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

En Caroline du Sud, on réfléchit à la peine de mort pour les femmes qui avortent
Violences conjugales : les députés rejettent une proposition de loi visant l’inéligibilité des auteurs
Recrutement : voici les mensonges les plus fréquents sur nos CV (et c'est pas joli joli)
États-Unis : pour la première fois, 5 femmes portent plainte pour refus d’IVG
L’égalité femmes-hommes ne sera pas atteinte "avant au moins 300 ans", alerte le chef de l’ONU