15 erreurs à ne jamais faire avec le fumier au jardin

La Rédaction Mon Jardin Ma Maison
·1 min de lecture

Pour améliorer la qualité du sol et aider les cultures à bien se développer, on utilise du fumier. Mais il convient d'en faire bon usage, si l'on souhaite que les plants se portent bien.

Fumier : comment l'utiliser au jardin ?

Au jardin et au potager, le fumier est important car il permet d'améliorer la structure du sol et de booster les végétaux. Il agit comme un engrais naturel (même si en réalité, c'est un amendement) car il contient des nutriments essentiels. Pour l'utiliser, rien de plus simple : lorsqu'il est décomposé, vous pouvez le mélanger à un compost végétal et l'épandre sur une épaisseur d'environ 6 centimètres. Attention à ne jamais l'enfouir profondément ! Bon à savoir : le fumier s’utilise du mois d’octobre au mois de mars, durant la période hivernale.

Les différents types de fumier

Il existe plusieurs types de fumier, avec chacun, une utilisation différente. En effet, ils ne sont pas tous compatibles avec les différentes natures de sol. Voici les différentes sortes de fumier :

  • Le fumier de cheval : il s'utilise dans les terres argileuses.

  • Le fumier de boeuf : il s'utilise dans les terres sableuses, calcaires, siliceuses.

  • Le fumier de mouton : il s'utilise dans les terres argileuses.

  • Le fumier de volaille : il s'utilise dans les terres de cultures pour légumes-feuilles.

Fumier : l'utiliser lorsqu'il est mature

Le fumier est un excellent amendement pour le potager. Mais il convient de le laisser se décomposer lentement mais sûrement. Pour cela, entreposez-le en tas. Il ne sera que plus riche pour vos légumes. Un fumier composté est plus facile à utiliser du fait de son homogénéité. De plus, un fumier trop frais pourrait brûler vos végétaux.

A LIRE EGALEMENT :