Dans le 16e arrondissement, l’ouverture d’un centre de soins pour toxicomanes divise

© Getty Images

La droite locale accuse la mairie de Paris de « gangrener le 16e arrondissement » et de « poursuivre la diffusion du crack à Paris ». Le projet est en suspens, le temps de mener une concertation avec les acteurs concernés, les élus et les habitants.

La prise en charge des « usagers de drogues » s’éloigne des beaux quartiers de la capitale. L’ouverture d’un centre de soins pour toxicomanes dans le 16e arrondissement de Paris, annoncée par la mairie « ne peut être validée en l’état » faute notamment d’une « concertation suffisante », a indiqué le ministère de la Santé.

Un appel à projet, lancé en janvier par l’agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France, devait désigner un site pour l’accueil de 35 lits médicalisés destinés à des toxicomanes sans domicile fixe. Mi-mai, l’adjointe à la santé d’Anne Hidalgo, Anne Souyris, avait annoncé le choix de l’ancien hôpital Chardon-Lagache, proposé par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Elle avait précisé que le lieu recevrait des consommateurs de crack « stabilisés » et ayant « déjà effectué un parcours de soins ».

Reconnaissant « qu’il existe un besoin de santé pour ces populations », le ministère considère que « pour autant, en l’état, le projet ne peut être validé, au vu des inquiétudes qui s’expriment et en l’absence d’une concertation suffisante ».

Opposition de la droite

Car le sujet a pris un tour politique : début juin, l’opposant local Rudolph Granier (Les Républicains) avait accusé la majorité municipale de gauche de « gangrener le 16e » et de « poursuivre la diffusion du crack à Paris »- bien que la structure n’ait pas pour objet la consommation sur place de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles