2 nouvelles maladies à déclaration obligatoire

·1 min de lecture

Afin de surveiller et prévenir les risques d’épidémies, certaines maladies doivent être déclarées par les professionnels de santé aux agences régionales de santé : ce sont les maladies à déclaration obligatoire (MDO). Mis en place en 2003, ce dispositif comptait 34 maladies à DO à ce jour. Deux nouvelles maladies viennent se rajouter à cette liste : le virus du Nil occidental et l'encéphalite à tique. La première est une maladie virale, transmise par les moustiques (essentiellement du genre Culex) qui se contaminent exclusivement au contact d’oiseaux infectés. La seconde est transmise à l’Homme lors d’une piqûre de tique porteuse du virus.

Maladies à déclaration obligatoire : qu'est-ce que c'est ?

Le dispositif de surveillance des maladies à déclaration obligatoire repose sur la transmission de données par les médecins et les biologistes (libéraux et hospitaliers) aux médecins inspecteurs de santé publique et leurs collaborateurs des Agences régionales de santé (ARS) puis aux épidémiologistes de Santé publique France. L'objectif est de détecter et de surveiller l'apparition de cas de certaines maladies afin de prévenir les risques d'épidémie. En voici la liste :

  • Botulisme

  • Brucellose

  • Charbon

  • Chikungunya

  • Choléra

  • Dengue

  • Diphtérie

  • Fièvres hémorragiques africaines

  • Fièvre jaune

  • Fièvre typhoïde

  • Hépatite aigue A

  • Infection aigüe par hépatite B

  • Infection par le VIH

  • Infection invasive à méningocoque

  • Légionellose

  • Listériose

  • Mésothéliomes

Lire la suite sur Topsante.com

Baignades : les bons réflexes cet été
Covid : quelles conditions pour voyager cet été ?
Alcool, tabac et cannabis : les jeunes en consomment toujours trop !
Covid-19 : ce qu'il faut savoir sur le variant Epsilon du coronavirus
AppliTousAnti-Covid Carnet : scanner le QR code, télécharger une attestation

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles