20 manifestantes russes anti-guerre déshabillées et filmées par des policiers

"Ils nous ont fouillés très lentement, avec arrogance et en se moquant de nous". Auprès du Daily Mail, des manifestantes russes accusées de protester contre la guerre en Ukraine ont relaté leur douloureuse expérience. Agées de 18 à 27 ans, elles auraient été arrêtées par la police russe en mars dernier au nord-est de Moscou.

Elles auraient ensuite subi un examen "humiliant et dégradant" de la part de la police russe. Ces femmes auraient notamment été forcées à se déshabiller dans leurs cellules à la vue d'officiers. Une fouille choquante et qui "se passait avec une caméra pointée sur nous", relate l'une des vingt plaignantes.

Une autre aborde l'attitude des policières : "Ils nous ont fouillées très lentement, avec arrogance et en se moquant de nous. Un policier dans un coin m'a ordonné de me déshabiller. Cela m'a tout de suite semblé étrange. Je me suis d'abord déshabillée jusqu'à mes sous-vêtements, mais l'officier a exigé de me déshabiller davantage. J'ai répondu que j'avais mes règles. Une policière a alors répondu: "Eh bien, je suis une femme, je comprends tout. Déshabillez-vous et accroupissez-vous".

"Je suis outrée"

"Les conditions dans la cellule elle-même étaient terribles. Il n'y avait pas de papier toilette, pas de poubelle. L'odeur était terrible, tout le monde était constamment malade", poursuit encore l'une des femmes arrêtées.

"Je suis outrée que chacune d'entre elles ait été fouillée de manière humiliante au centre de...

Lire la suite


À lire aussi

Pourquoi il faut absolument (re)lire le manifeste écoféministe de Françoise d'Eaubonne
"Tu seras un homme féministe, mon fils" : le manifeste de Maxime Ruszniewski dans "Le grand oral"
Pourquoi le nouveau "manifeste des 343" en faveur du droit à l'avortement est nécessaire

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles