2021, l'année du retour du poil pubien ? Le « No Shave » et l'épilation intégrale au coude-à-coude

E.R.
·1 min de lecture

Les confinements et le télétravail ont incité certaines femmes à libérer leurs poils. Mais 2021 sera-t-elle vraiment l’année du « No Shave » ? Une étude réalisée par le Pôle « Genre, sexualités et santé sexuelle » de l'Ifop* lève le voile.

Après avoir abandonné le soutien-gorge et le maquillage (people y compris) pendant la crise sanitaire, certaines femmes diraient-elles, également, adieu à l'épilation ? Les poils, qu'elles laissaient vivre durant les confinements successifs, avant de les ôter dès ceux-ci terminés, pourraient-ils, eux aussi, bénéficier durablement d'une tendance de fond qui encourage un retour au naturel ? C'est ce que l'on pourrait croire, au vu des nombreux sites et pages Instagram qui invitent les femmes à « dédiaboliser leur pilosité » (lesensdupoil.com) et à « lancer une conversation sur le sujet épineux des poils corporels » (@januhairy, 38,9 millions d'abonnés), certains collectifs, comme Liberté, Pilosité Sororité, affirmant que « la « pilophobie » (haine et dégoût de la pilosité, en particulier de la pilosité féminine) nuit gravement au bien-être des femmes ».

Mais les Françaises commencent-elles, même timidement, à mieux accepter leurs poils, ou continuent-elles de les épiler comme avant ? On fait le point avec une étude du Pôle « Genre, sexualités et santé sexuelle » de l'Ifop récemment menée pour la plateforme de santé sexuelle Charles.com.

Les femmes qui n'épilent pas du tout leur pubis de plus en plus nombreuses...

En 8 ans, le nombre de femmes qui ne s'épilent pas du tout le pubis a doublé. Alors qu'elles représentaient seulement 15 % de la population féminine en 2013, les adeptes du « No Shave...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi