2022, année Proust

·1 min de lecture

Comment un jeune bourgeois maladif, juif et gay, qui a écrit en secret un roman de sept tomes sans sujet précis, a-t-il pu devenir l’écrivain français le plus connu dans le monde, un symbole même de la littérature ? Entre le 10 juillet 2021, 150e anniversaire de sa naissance, et le 18 novembre prochain, 100e anniversaire de sa mort, 2022 s’annonce une bonne année pour tenter de résoudre cette énigme. À commencer par un podcast géant sur France Culture : histoire, cuisine, philosophie… toutes les émissions y contribuent, avec dans la case fiction un trésor, le scénario de « La Recherche » adapté par Visconti, qui rêvait d’en faire un film. Un peu plus tard, en octobre, la BNF prépare une énorme exposition – 800 mètres carrés avec des manuscrits et des costumes, un festin pour les connaisseurs. Moins intimidant peut-être, le musée Carnavalet propose déjà une délicieuse promenade dans le « roman parisien » de Proust. Alcôves, lumière tamisée… l’atmosphère du lieu s’y prête particulièrement. La première partie, biographique, fait revivre le Paris de l’écrivain : les ruines de la Commune qu’il connut enfant, le lycée Condorcet où il fut élève, les salons des beaux quartiers et ses appartements successifs, jusqu’à sa fameuse chambre du boulevard Haussmann, reconstituée avec quelques reliques sacrées – un morceau de liège, un petit bout de couvre-lit bleu. En majesté trône, bien sûr, le portrait de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles