3 bonnes raisons de voir le joli film d'animation "Les Secrets de mon père"

JeSuisBienContent2022
JeSuisBienContent2022

Pour son tout premier film d'animation, Les Secrets de mon père, la réalisatrice Véra Belmont (Rouge Baiser, Milena, Survivre avec les loups) adapte la bande dessinée autobiographique de l'illustrateur belge Michel Kichka. On y va ?

Pour sa petite histoire dans la grande

Dans son roman graphique Deuxième Génération, ce que je n'ai pas dit à mon père (2012, Dargaud), Michel Kichka raconte son enfance dans les années 60 aux côtés de son père, survivant d'Auschwitz. Un papa taciturne qui refusait d'évoquer ce passé si douloureux devant ses enfants, devenant ainsi fuyant, absent.

De ce récit, la réalisatrice Véra Belmont a choisi de se focaliser sur les enfants avant tout, de retranscrire leur quotidien joyeux et insouciant, les amourettes, les gamineries et leur ressenti. "Ce ressort permet de prendre du recul sur les évènements", souligne-t-elle. "Il était capital de ne pas raconter l'histoire au premier degré, d'une manière trop frontale."

Pour sa jolie animation

Raconter son enfance en bande dessinée était apparu à Michel Kichka comme "comme le meilleur moyen de toucher le coeur des lecteurs de tous âges, par le biais de l'humour, la poésie, la distanciation et l'imagination afin de créer un rapport intime et personnel avec le lecteur." Un joli médium que Véra Belmont a tenu à conserver pour son adaptation sur grand écran.

"Le choix de...

Lire la suite


À lire aussi

4 bonnes raisons d'intégrer le "Fight Club féministe" de Jessica Bennett
3 raisons d'aller voir le joli film d'animation "Oscar et le monde des chats"
3 raisons de voir le joli film d'animation "Yéti & Compagnie"