3 chefs parisiens s’engagent pour le climat avec un menu écoresponsable

Mathilde Samama
·1 min de lecture

Gianmarco Gorni (Goguette), Juan Fernando Barajas (Grandcœur) et Eduardo González (Jaja) passent derrière les fourneaux pour promouvoir l'agriculture régénératrice. Explications.

Un dîner pour le climat. C’est le nom de l'opération. Montrer qu’il est possible de cuisiner et livrer un menu gastro, dans le respect de l’environnement et en rémunérant correctement les producteurs, les cuisiniers et les livreurs : c’est le défi que se sont lancé Julien Fouin et March 5.

Co-fondateur du groupe de restaurants VERTIGO, Julien Fouin est un ancien journaliste environnement. Il se penche depuis de longues années sur la trajectoire environnementale ou empreinte carbone de ses différents établissements à Paris et Lyon. 

March 5 est une entreprise récente dont le but est de développer le concept d’agriculture régénératrice (qui capte plus de carbone qu’elle n’en émet) dans le plus de fermes possibles en France. « L'équipe de March 5 est venue me chercher en me disant : nos agriculteurs ont besoin de vendre, vos chefs ont besoin travailler. Pourquoi ne pas monter une opération ensemble, écologiquement propre et qui serait bénéfique pour tous, vous, nous, le climat ? » raconte Julien Fouin. 

Ensemble, ils décident alors que l’opération s'appuiera sur trois principes fondamentaux : 

- Que les chefs travaillent des produits fournis par des agriculteurs en agroécologie c’est-à-dire dont le travail des sols vise à capter le maximum de carbone.
- Que les emballages des dîners soient biodégradables, sans plastique ni couverts.
- Que le système de livraison n'utilise aucune énergie fossile, d’où la collaboration avec...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi