Ces 3 erreurs que l'on fait tous avec la pastèque

On l'adore pour sa légèreté. Glissée dans une salade, en sorbet ou simplement coupée en tranches, quoi de plus rafraîchissant que la pastèque ? En plus de son côté désaltérant, ce fruit est un véritable atout minceur. Seul problème : pour se régaler, il faut savoir la préparer. Une façon de s'assurer qu'elle soit bien savoureuse, sucrée et surtout, bien croquante.

Sur les étals de marché, il n'est pas toujours facile de dénicher la perle rare. Et pour cause, certains ont tendance à vouloir se diriger vers un fruit parfaitement vert et sans marque. Dans les faits, pourtant, une pastèque sucrée et pleine d'eau se reconnaît à sa peau légèrement marquée. Il faut que cette dernière comporte une tache bien jaune, et surtout pas blanche. Et si elle est un peu abîmée, c'est encore mieux. Les marques façon "toiles d'araignée" sont même un gage de qualité. Elles sont le signe que des abeilles sont venues polliniser le fruit. Avec ça, votre pastèque aura plus de chance d'être savoureuse et surtout, plus sucrée que les autres. La peau, quant à elle, ne doit pas être brillante, signe que le fruit n'est pas encore mûr.

Rares sont les produits qui ne se conservent pas au congélateur. Comme les crudités, les œufs ou la mayonnaise, la pastèque fait partie de ces aliments à ne surtout pas congeler. La raison : elle risquerait tout simplement d'exploser ! Composée à plus de 90 % d'eau, la pastèque ne supporte pas le changement de température. Avec la congélation, l'eau contenue dans le fruit se transforme (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles