4 erreurs à éviter face à un manipulateur ou à un pervers narcissique

Se voiler la face

Première erreur : se voiler la face et de pas accepter d’être en face de ce type de personnalité toxique. "Il/elle a été blessée dans le passé ?" "C’est surement de ma faute parce que…". On arrête de se donner des excuses et on se renseigne sur le sujet pour confirmer ou infirmer le "diagnostic". Parmi les indices qui nous mettent la puce à l’oreille : se sentir valorisé, puis immédiatement rabaissé, puis re-valorisé... C'est le mode de fonctionnement du manipulateur. Dans un premier temps, il valorise sa "victime", pour mieux la rabaisser par la suite. Il enfile ensuite une cape de "sauveur" pour essayer de la tirer vers le haut puis il recommence. En analyse transactionnelle, on parle du triangle de Karpman (figure d'analyse transactionnelle qui met en évidence un scénario relationnel typique entre victime, persécuteur et sauveur). Attention toutefois à ne pas tomber dans la paranoïa : tout le monde n’est pas un pervers narcissique.

Espérer le ou la changer

Autre grossière erreur : essayer de le ou la changer. Vous perdez votre temps et votre énergie. Et vous risquez d’y laisser quelques plumes… "Son ego disproportionné lui interdit toute remise en question, et au final, il se nourrit de la souffrance de l’autre", rappelle Christophe Caupenne, ancien chef du pool négociation du RAID.

Le ou la mettre face à ses contradictions

Ici aussi, c’est peine perdue. Le pervers narcissique a réponse à tout et trouvera toujours le moyen d’arriver à ses fins. Inutile donc d’essayer de lui faire entendre quoi que ce soit, mieux vaut fuir et couper tout contact avec lui pour s'en protéger.

Chercher à le ou la punir

Encore une fois, vous risquez de perdre beaucoup de temps et d’énergie. Et pour cause, le manipulateur narcissique se sert de l’estime des autres pour assurer la sienne. Si les autres (dont vous), ne lui donnez plus de crédit, il risque de se froisser dans un premier temps mais surtout de vous laisser tranquille dans un second temps car vous ne lui serez

(...) Cliquez ici pour voir la suite