4 erreurs à ne plus commettre pour se réchauffer

Soupes, boissons chaudes, couches de vêtements, bains brûlants… Grand frileux ou non, en hiver, tous les moyens sont bons pour lutter contre le froid. Sauf que certains conseils s'avèrent être en réalité contre-productifs. Exemple : à peine, après avoir franchi votre pallier, vous vous empressez d’augmenter le chauffage ou de vous faire couler un bain bien chaud. On fait le point sur les 4 erreurs à ne plus commettre cet hiver.

Miser sur des boissons chaudes

Thé, café, chocolat chaud, rien de mieux pour se réchauffer, n’est-ce pas ? Pourtant, détrompez-vous ces boissons censées nous apporter autant de chaleur que de réconfort font en réalité l’effet inverse. Lorsque l’on savoure une boisson chaude, notre corps connaît temporairement une sensation de chaleur et une augmentation de température. Ce qui va faire transpirer l'organisme et l'obliger à se refroidir. La solution : opter pour des boissons tièdes.

Prendre des bains bouillants

Qui dit hiver, dit bains brûlants et douches bouillantes. Erreur. Ici aussi, si l'on se dit que c’est un bon moyen de se réchauffer mais aussi de se détendre, il n'en est rien. Et pour cause, le corps se réchauffera uniquement pendant la durée de votre bain. Une fois sorti, il subira un choc thermique. On privilégie donc les bains à température moyenne - accompagnés de boissons tièdes -.

Augmenter la puissance du chauffage

Le chauffage est notre meilleur allié pendant l’hiver. Mais attention toutefois à ne pas en abuser. Surtout avant d'aller dormir. Bien que la chaleur puisse nous donner l’impression de nous endormir, laisser allumer son chauffage toute la nuit peut perturber votre sommeil et favoriser le choc thermique au moment du réveil. On rappelle que la température idéale pour dormir est de 18 degrés.

Ne jamais ouvrir les fenêtres

En période hivernale, on est tenté de garder les fenêtres fermées pour garder son chez soi au chaud. On fait alors l’impasse sur l’aération de son appartement. Grand classique mais grave erreur. Quelle que

(...) Cliquez ici pour voir la suite