4 idées pour jardiner sans jardin

·2 min de lecture

Créés à la fin du XIXe siècle à destination des ouvriers pour améliorer leur condition et leur permettre de cultiver de quoi se nourrir, ces jardins se sont multipliés dans toute la France en périphérie des villes. Bien qu’ils se soient raréfiés au fil des années, pression foncière oblige…, ils restent nombreux et sont disponibles à la location.

Où se renseigner ? Auprès de la fédération Nationale des Jardins familiaux et Collectifs (F.N.J.F.C.) : www.jardins-familiaux.asso.fr

Certains immeubles bénéficient de toits plats qui peuvent accueillir des bacs, voire des arbres ou une serre. La start-up Bien élevées fait ainsi pousser du safran sur plusieurs toits parisiens, tandis que l’association Toits Vivants propose d’aider les copropriétés dont la configuration le permet à réfléchir aux investissements et formations nécessaires pour végétaliser ces espaces. Si le projet n’a pas été prévu lors de la construction de l'immeuble, la demande doit passer par le syndic et être votée à l’unanimité par les copropriétaires. L’investissement de départ peut être lourd.

Où se renseigner ? Conseils auprès de l’association : contact@toitsvivants.org et https://bienelevees.com/

A la différence des jardins familiaux, destinés à une production maraîchère, l’objectif des jardins partagés est de créer du lien social et de favoriser la connexion avec la nature. Une bonne alternative pour les familles qui souhaitent faire découvrir la terre et le vivant à leurs enfants, et offrir un petit coin de nature aux retraités qui ont dû revenir vivre en appartement », indique Charlotte Michel, en charge de la communication de l’Association Espaces, qui régit 37 jardins partagés en Ile-de-France. Tout le monde peut adhérer et profiter des animations collectives, mais pour obtenir une parcelle individuelle à cultiver, de 5 à 15 m2 en moyenne, la liste d’attente est souvent longue et les personnes en appartement sont prioritaires.

Où se renseigner ? Associationespaces.org, Jardins-partages.org et Jardinons-ensemble.org (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite