4 idées reçues sur les insomnies

Faux. "Les somnifères ne sont pas pro-sommeil mais anti-éveil ! Ils procurent en réalité une sorte d’anesthésie légère, qui empêche de se réveiller dans la nuit", affirme le Dr Patrick Lemoine, psychiatre, docteur en neurosciences et auteur de J’ai mal à mon sommeil (éditions Odile Jacob).

Vrai et faux. La mélatonine a gagné ses lettres de noblesse contre le décalage horaire et peut s’avérer utile chez ceux qui s’endorment très tard. "Mais seuls 70 % des individus y sont sensibles", indique le Dr Lemoine. "La forme médicamenteuse à libération prolongée est plus efficace que les compléments alimentaires. La nouveauté, c’est une mélatonine qui se dissout avec retard dans l’estomac, vers 3 h du matin si on la prend avant de dormir : ce qui empêche de se réveiller à 4 h."

Vrai. Anxiolytiques et somnifères sont des benzodiazépines (ou apparentés à ces molécules). "Ils provoquent une dépendance inefficace et toxique, car ils ne guérissent pas les insomnies, mais ont des effets secondaires", souligne le spécialiste. Selon la Haute Autorité de santé (HAS), près de 1/3 des plus de 65 ans prennent des somnifères de manière chronique.

Vrai. "Notamment ceux qui ont pour rôle de restaurer ou resynchroniser l’horloge interne, par exemple le réveil à simulateur d’aube : il diffuse une lumière qui indique au cerveau de commencer à fabriquer les hormones du réveil (cortisol et noradrénaline), une heure avant de se lever. Cela permet de bien se réveiller le matin et de mieux s’endormir le soir", (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles