4 idées reçues sur la méditation qui vous empêche, à tort, de vous y mettre

·1 min de lecture

Convaincu des nombreux bienfaits de cette pratique, vous restez persuadé que vous n’avez pas le profil. Isabelle Méténier*, psychologue et instructrice MBCT** va tenter de vous convertir.

Des monastères bouddhiques à nos domiciles, la méditation reste un moyen d’accès à une certaine sagesse. En Occident, elle a perdu son caractère religieux pour une pratique laïque dite « de pleine conscience ». L’intérêt est multiple et aujourd’hui bien documenté scientifiquement. De nombreuses études ont démontré qu’une pratique régulière chasse l’anxiété, le stress et aide à limiter les rechutes dépressives.

Marie, 56 ans témoigne : « C’est incroyable, mais chaque matin, dès que je m’assois pour méditer, les tensions se relâchent automatiquement. Et je ressens cette sérénité dans ma vie quotidienne. Avant, dès que j’avais une contrariété, je m’énervais au quart de tour. Maintenant, je me dis: “Ça va passer, c’est comme ça.” » Il est également reconnu que la méditation prévient les troubles du système immunitaire et cardio-vasculaire et protégerait le cerveau. Des effets qui pourraient bénéficier à tous, si certaines idées reçues n’en décourageaient pas certains…

Vous n’arrivez pas à ne penser à rien

L’idée n’est pas de stopper le flot incessant de nos pensées. D’ailleurs, ce n’est pas possible. L’esprit s’évade, cogite, vagabonde… Inutile donc d’espérer faire le vide dans sa tête quand on médite. Le principe de la méditation de pleine conscience est d’être attentif à l’instant présent en se concentrant sur la respiration. Et si des pensées vous...

Lire la suite sur Femina.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles