4 mets méconnus d’Israël

·1 min de lecture

Oubliez un instant houmous et falafels : la food d'Israël regorge de mets succulents et encore trop méconnus. 

Le pilpelchuma       

Traduit littéralement de l'hébreu par « poivre-ail », ce mélange de piment et d'ail formant une pâte a été introduit en Israël au XXe siècle, grâce aux juifs libyens venus s'y installer. Avec le zhug (autre sauce piquante importée par les Juifs yéménites) et la harissa, le pilpelchuma est devenu le must des condiments, y compris dans la haute gastronomie. La preuve, le chef israélien Yotam Ottolenghi a fait figurer la recette dans « Jérusalem » (éd. Hachette Cuisine), son livre de référence.                

Avec quoi ? Si Dan Yosha, le chef de la nouvelle table israélienne Shosh, à Paris, l'inclut dans un sandwich au bœuf, il le conseille également « sur un poulet, ou avec un poisson, accompagné de pommes de terre et de poivre », en précisant : « En Israël, il y a toujours du pilpelchuma sur la table ! »

Le baba ganoush  

Le baba ganoush est une purée d'aubergines mélangée avec du tahini, de l'ail, du citron et, bien sûr, de l'huile d'olive. Traditionnellement servie avec les autres plats de la kémia (amuse-bouches de l'apéritif), cette mousse onctueuse regroupe tous les ingrédients de base de la cuisine moyen-orientale. Le soleil du Sud dans nos assiettes.            

Avec quoi ? « Quelques graines de grenade sur le baba ganoush apportent un côté croustillant et acidulé qui va contrebalancer son aspect crémeux, suggère Raphaëlle Choël, journaliste et auteure du livre “Voix et Saveurs de femmes d'Israël”...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles