Les 4 vertus méconnues du tir à l'arc

·1 min de lecture

Cette activité longtemps liée à la chasse, au combat et à Robin des bois est aujourd’hui reconnue comme un sport particulièrement complet.

Debout de profil, bassin perpendiculaire à la cible, l’archer amène la corde sous son menton, aligne la flèche avec le cœur de la cible et la lâche... Certes, cela exige de la technique, mais la discipline est accessible et bénéfique à tout âge. « On peut pratiquer ce sport quelles que soient ses capacités physiques. Et réussir à atteindre son but », assure Jacques Petitjean, médecin fédéral de la Fédération française de tir à l’arc.

Pour stimuler la concentration et l’équilibre

Projeter une flèche dans la cible nécessite de s’ancrer dans le sol et de se concentrer. Une main tient l’arc, l’autre la corde. On arme pour tendre l’engin. C’est le moment de coordonner ses gestes, puis de focaliser son attention sur le cœur de la cible. Cette concentration sur un point agit comme un antistress. Les enfants, eux, se calment instantanément. Pour les plus âgés, il s’agit de gagner en habileté. On contracte ses abdominaux afin de rester stable et, au fil des séances, on renforce son équilibre.

Pour se muscler

Tendre son arc fait travailler la ceinture scapulaire, qui relie les bras au tronc. Durant le geste dit de traction-répulsion, les omoplates se rapprochent pour bander l’arc et s’écartent au moment de la libération de la flèche. Ainsi, au niveau du dos, on embarque dans son mouvement les trapèzes moyen et inférieur. On sollicite aussi le muscle deltoïde sur l’épaule...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles