41% des femmes ont déjà subi au moins une forme de violences économiques conjugales selon une étude

Une étude réalisée par l'IFOP pour la newsletter féministe Les Glorieuses révèle que 41% des femmes ont déjà été victimes d'au moins une forme de violences économiques conjugales. Ces chiffres mettent en lumière l'ampleur de ce problème, souvent méconnu ou sous-estimé.

Les violences économiques conjugales sont un fléau souvent méconnu, mais bien réel. Selon une nouvelle étude* de l'IFOP pour Les Glorieuses, il touche un nombre significatif de femmes en France. Cette étude révèle que 41% des femmes ont déjà subi au moins une forme de violence économique de la part de leur partenaire. Ces violences sont définies comme un contrôle, un appauvrissement, voire la dépossession totale des moyens d'autonomie financière des femmes.

>A découvrir également : Violences conjugales : Le dépôt de plainte désormais possible dans tous les hôpitaux d’Ile-de-France 

Les violences économiques conjugales prennent diverses formes. Parmi elles, on retrouve le vol d'argent, le contrôle des dépenses, la saisie des revenus, le blocage des cartes bancaires, voire l'opposition du conjoint au fait que la femme ait un compte bancaire personnel. L'étude met en évidence une corrélation entre le niveau de revenu de la femme et le risque de subir des violences économiques. Ainsi, les femmes dont le conjoint gagne beaucoup plus qu'elles ont deux fois plus de chances d'être victimes de ce type de violence, avec un taux de 27%. En revanche, ce taux tombe à 14% pour les femmes aux revenus équivalents à ceux de leur conjoint. Plus alarmant encore, l'étude souligne que les violences économiques conjugales peuvent souvent être le prélude à d'autres formes de violences conjugales, qu'elles soient verbales, physiques ou psychologiques....

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

VIDÉO - "Il veut encore ma mort" : victime de violences conjugales pendant 25 ans, Anne témoigne