5 astuces rapides pour en finir avec les fourmis dans les jambes

Lors d’un long trajet en voiture, assis au cinéma ou au bureau durant plusieurs heures, dormir sur son bras, allongé devant une série ou un film à la maison, vous sentez qu’un de vos membres s’engourdit depuis quelques minutes. Cette sensation désagréable, comme si de petits insectes rampaient sous votre peau, est plus communément appelée "avoir des fourmis".

Fourmis dans les jambes : c’est quoi ?

Les fourmis dans les jambes, aussi appelées "paresthésies", en langage médical, se caractérisent par un engourdissement, une impression de légère paralysie, lorsque l’on est resté trop longtemps dans une position inconfortable. Les engourdissements, picotements et fourmillements surviennent à la surface de la peau et se localisent généralement sur les extrémités (doigts, orteils). Ils envahissent en général une partie ou la totalité d’un membre et durent quelques minutes. Par extension, "avoir des fourmis", se dit aussi de quelqu’un qui a envie de partir ou de bouger.

La cause de ces désagréments est liée à la compression, l’irritation ou la lésion d’un ou plusieurs nerfs. Une mauvaise position du corps va provoquer la compression d’un ou des vaisseaux (des artères ou des veines) qui transportent et rapatrient le sang. Ce phénomène va entraîner un ralentissement de la circulation sanguine. Pour éviter toute diminution de l’apport d’oxygène aux tissus, le système nerveux transmet un message pour déclencher un engourdissement au niveau du membre affecté pour l’alerter et l’inciter à changer de position. Après avoir changé de position, la circulation sanguine se rétablit. Le cerveau va alors envoyer des signaux contradictoires qui se traduisent par des fourmillements.

Ces signes sont souvent passagers et sans danger. Toutefois, ils ne doivent pas être ignorés et négligés, en particulier s’ils sont fréquents et persistent pendant de longues périodes car ils peuvent révéler des pathologies plus sérieuses. Les maladies en question sont le syndrome du canal carpien, la spasmophilie,

(...) Cliquez ici pour voir la suite