5 astuces pour retirer un pansement sans douleur

À la maison, à l’école ou encore au parc, les enfants sont toujours en mouvement et ils ont tendance à se blesser souvent. Et qui dit bobo, dit pansement. Le sparadrap protège la plaie, favorise sa cicatrisation en milieu humide et évite sa contamination par des éléments extérieurs tels que de la poussière, des microbes et des bactéries. Pour faire vite oublier la blessure et sa douleur aux enfants, certains parents optent pour des pansements à l’effigie de super-héros ou de princesses. Car hors de question de faire l’impasse sur cet indispensable des trousses de premiers soins, uniquement par peur de devoir l’arracher. En effet, que ce soit des petits ou des gros bobos, il n’est pas toujours facile et agréable de retirer un pansement car ce dernier tire la peau et la blessure. Et encore moins celui d’un enfant, surtout s’il est douillet. Pour éviter que votre enfant éclate en sanglots et pleure à chaudes larmes, utilisez nos 6 astuces simples et efficaces pour enlever un pansement sans la moindre souffrance.

1/ Avant de mettre un pansement, on anticipe

Pour atténuer la douleur, voire même l’éviter, veillez à arrêter le saignement et a bien évidemment nettoyez et désinfectez la plaie pour empêcher que les croûtes de sang non sèches s’accrochent au pansement et s’arrachent à son décollement. En terme de sparadrap, choisissez en un suffisamment grand pour que la partie non-adhésive couvre entièrement la plaie. Pour un adulte, rasez avec précaution la zone autour de la blessure pour éviter la douleur des poils arrachés avec le pansement.

2/ Enlever un pansement à l’eau tiède ou chaude

Vous avez dû le remarquer : une fois dans l’eau tiède ou chaude, la partie collante du pansement ne se fixe plus à la peau car la température atténue l’effet de la colle. Profitez donc du moment de la douche ou du bain de votre enfant pour lui retirer le pansement sans douleur. Ou appliquez tout simplement une compresse mouillée sur le sparadrap. Attention : cette astuce est à utiliser uniquement

(...) Cliquez ici pour voir la suite