5 bonnes raisons de cultiver sa coquetterie

Entre œillades appuyées et décolletés pigeonnants, les "coquettes" occupent le terrain dans les pièces de Marivaux comme dans les romans de Balzac, oscillant entre jeu des apparences et désir de séduire. Depuis que le féminisme est passé par là, notre regard sur cette prétendue coquetterie féminine a changé. On se rend compte qu'elle a longtemps été l'unique arme à la portée des femmes dans une société dominée patriarcale. Derrière cette quête de se faire valoir et de plaire aux autres, se cache un souci bien légitime : il s'agit de s'efforcer d'avoir une bonne hygiène et de s'occuper de soi, de faire preuve de recherche dans sa tenue et de donner la meilleure image de soi à la société.

Make-up, le meilleur ami du succès…

"Jamais sans mascara", "J'ai toujours un tube de rouge à lèvres dans mon sac", "Je me pomponne même pour aller faire le marché"… Chacune d'entre nous a ses incontournables en matière de maquillage, son produit phare qui permet d'affronter le regard social et fonctionne comme un révélateur. Dans son livre Manipuler et séduire(éd. Belin), Nicolas Guéguen, professeur de psychologie sociale et sciences cognitives à l'université de Bretagne Sud, analyse le rôle inattendu des cosmétiques dans la vie des femmes. "La beauté est intimement liée à la perception de la symétrie dans les traits et à la santé reflétée par la peau. C’est pourquoi les maquillages vont jouer sur de tels paramètres, afin de donner une image positive de soi auprès de l’entourage. Mais les dernières découvertes révèlent de façon plus surprenante que la beauté et l’attirance plastique ne sont pas les seuls paramètres de la personnalité que le maquillage parvient à moduler : l’impression de stabilité, de confiance, de réussite professionnelle que vous laissez autour de vous est également tributaire de ces produits." Une étude menée par l'université du Buckinghamshire, en Angleterre, a ainsi mis en lumière que la perception de la beauté physique d'une femme est proportionnelle à son degré de

(...) Cliquez ici pour voir la suite