5 bonnes raisons de manger de la rhubarbe après 50 ans

Entre les mois d’avril et de juillet, c’est sa saison ! Cette plante originaire d’Asie est appréciée pour son goût acidulé. C’est uniquement la tige de la rhubarbe qui est consommée, plus souvent cuite que crue. Si ses feuilles sont toxiques, la tige, elle, offre de nombreux intérêts nutritionnels.

La rhubarbe est essentiellement composée d’eau et de fibres. Une association gagnante qui assure un transit facilité. Idéal donc chez les personnes sujettes à la constipation.

Ses tiges contiennent des vitamines variées : C, B, E et K. Chacune offre des intérêts pour l’organisme. La vitamine C, par exemple, aide à lutter contre le vieillissement cellulaire et réduit la fatigue. La vitamine K, quant à elle, joue un rôle essentiel dans la coagulation sanguine. Enfin, il a été montré qu’une alimentation riche en vitamine E était liée à une réduction du risque de développer des maladies cardiovasculaires.

Mais ce n’est pas tout : la rhubarbe contient aussi un précurseur de la vitamine A, connue pour posséder une action protectrice sur les yeux, en particulier contre les risques de cataracte.

La rhubarbe est un végétal assez riche en calcium (66 mg pour 100 g) et en potassium (280 mg pour 100 g), deux minéraux qui interviennent dans de nombreuses fonctions de l’organisme : contraction musculaire, y compris contraction du cœur, mais aussi conduction nerveuse notamment. D’autres minéraux comme le fer, le phosphore ou encore le magnésium sont également présents dans ses tiges.

Une récente étude (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles