5 choses à savoir sur le paracétamol

·2 min de lecture

Faux. Le premier homme à synthétiser le paracétamol est un chimiste américain, Harmon Northrop Morse. À l’époque de son invention, en 1878, il ignore tout de ses propriétés. Ce n’est que quelques décennies plus tard que ce composé chimique sera commercialisé sous le nom de paracétamol : des médecins allemands ont en effet découvert complètement par hasard sa faculté à réduire la fièvre et à soulager la douleur. Aujourd’hui, c'est le médicament le plus consommé en France comme dans le monde.

Vrai. Le paracétamol est un antalgique qui diminue le mal. Il est délivré sans ordonnance à la pharmacie : générique, Doliprane, Dafalgan… Il est sûr et efficace en première intention en cas de céphalée, de migraine débutante, de douleurs dentaires, traumatiques, articulaires, de courbatures. Ses principes actifs atténuent également la fièvre.

Faux. Malgré leurs effets similaires sur la douleur et la fièvre, ce sont deux médicaments distincts, qui répondent à des dosages différents, n’agissent pas de la même manière dans le corps et impliquent des posologies spécifiques. Le paracétamol est par exemple déconseillé chez les patients ayant un problème au foie alors que l’aspirine est proscrite chez les personnes à risque de saignements, car elle fluidifie le sang.

Vrai. Contrairement à l’aspirine qui peut provoquer hémorragie, problèmes digestifs, maladie grave du foie, des reins ou du cœur, le paracétamol comporte peu d’effets indésirables. Il n'en est toutefois pas exempt. « Il peut, comme n’importe quel autre médicament, déclencher une allergie. Et dans des cas plus rares mais extrêmement graves, il peut détruire le foie », met en garde Dominique Martin, directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Pour bien l’utiliser, il est impératif de respecter sa posologie et sa dose maximale quotidienne (3 g par 24 heures pour un adulte de plus 50 kg), avec un intervalle de temps suffisant entre deux prises (minimum 4 heures). Il faut aussi (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite