5 conseils de psy pour bien vivre sa retraite

Du temps libre à profusion, la fin des embouteillages aux heures de pointe, plus personne pour vous donner des ordres... Sur le papier, la retraite est une sorte d’eldorado, un havre de paix et de liberté. Pourtant, cette perspective n’est pas toujours enthousiasmante, voire un peu angoissante. « On passe d’un temps structuré, rythmé par des rituels, à un temps déstructuré et complètement vide », remarque la psychologue clinicienne Élisabeth Couzon, coauteure de Être un retraité heureux (ESF Éditeur). « C’est aussi quitter une identité sociale et un réseau relationnel, ce qui peut entraîner une peur de l’isolement et de la solitude. Sans compter, dans certains cas une inquiétude financière liée à une baisse du pouvoir d’achat. » La retraite serait donc, au même titre que d’autres événements majeurs de nos existences un saut dans l’inconnu. Avec tout à inventer ! « On se retrouve face à soi-même, indique Hervé Anseaume, lui-même à la retraite et coauteur d’un Guide de survie des jeunes retraités (éd. Leduc.s). Il y a bien longtemps que l’on n’avait pas eu l’occasion de prendre autant d’initiatives, de faire des choix aussi importants pour sa vie personnelle et de mettre son imagination à l’œuvre. » C’est parti ?

Faire le tri entre fantasmes et réalité

La peur de la retraite tient souvent à l’idée que l’on s’en fait depuis des années. Se projette-t-on dans un avenir alléchant ou a-t-on en tête un scénario repoussoir ? Catherine, 64 ans, faisait partie de la première catégorie, avant que ses collègues de travail ne s’en mêlent : « Quand j’ai décidé de prendre ma retraite, j’étais enthousiaste et j’avais plein de projets en tête. Mais lorsque j’ai annoncé ma décision à mon entourage professionnel, certains m’ont fait douter en me décrivant l’enfer : “Tu vas t’ennuyer”, “Mon beau-père est tombé en dépression”, “Ma belle-mère a mis six mois à s'en remettre”... En réalité, rien de tout ça n’est vrai, et ma retraite est conforme à ce que j’avais imaginé : épanouissante. » Pour

(...) Cliquez ici pour voir la suite