5 idées reçues sur la mauvaise haleine

·1 min de lecture

Faux. "En cause : l’accumulation de débris alimentaires à la surface des dents et dans les espaces inter-dentaires. Ou des caries, non traitées ou mal obturées, et des prothèses mal adaptées qui constituent un réservoir favorisant le développement des bactéries", explique le Dr Alain Amzalag, chirurgien-dentiste à Paris, coauteur avec le Dr Jérémy Amzalag de Et si votre dentiste pouvait vous sauver la vie ! (éd. Hugo). Attention au tabac, responsable d’une diminution de la quantité de salive, limitant le nettoyage naturel des dents.

Vrai. La digestion de certains aliments - ail et oignon - et de certaines boissons - alcool et café - peut produire des composés volatiles malodorants. Un jeûne prolongé peut également induire une mauvaise haleine. "Attention au grignotage entre les repas qui favorise l’acidité buccale, génératrice de mauvaise haleine", prévient le Dr Amzalag.

Vrai. Quand la mauvaise haleine n’est pas d’origine dentaire, elle est fréquemment signe d’une infection ORL (amygdalite ou sinusite chroniques) ou digestive (reflux gastro-oesophagien...). "Un diabète mal équilibré s’accompagne d’hypoglycémie, qui donne une haleine chargée en acétone désagréable. Il est aussi source de gingivites, souvent en cause dans l’halitose."

Vrai. En effet, la sécheresse buccale (manque de salive) provoque parfois une mauvaise haleine. Il faut donc rétablir une bonne hydratation en buvant eau et tisane, ou activer la production de salive par la consommation modérée de chewing-gums sans (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles