5 infos que vous ignorez sur le beaujolais nouveau

Chaque année, le Beaujolais nouveau est attendu de pied ferme ! Espérons donc que ce millésime 2019 soit aussi excellent que celui de l'an passé. Le top départ est officiellement lancé, ce jeudi 21 novembre. Pour se régaler, sans avoir peur d'être déçu, mieux vaut savoir le choisir. Avant de le déguster, partez à la découverte de l'histoire du vin phare de l'automne.

⋙ Comment bien choisir son vin : 5 erreurs à éviter

Le 3 ème jeudi de novembre : le beaujolais nouveau est vendu partout dans le monde au même moment

Le temps où les camions partaient chaque troisième jeudi de novembre des domaines à minuit précises pour arroser la France est bel et bien révolu ! Et oui, c'est devenu un produit mondialement réputé. Désormais, chacun veut pouvoir le consommer ou le servir ce jour-là, à Paris, New York ou Tokyo. La tradition du vin nouveau n’est récente. Elle n'est d'ailleurs pas née avec le beaujolais nouveau, mais le beaujolais nouveau a rendu cette tradition du vin jeune et fruité éternellement moderne. En 1951, à la demande des forts des Halles qui se lèvent tôt et apprécient leur casse-croûte avec un vin friand, un décret autorise les appellations à avancer sa commercialisation d’un mois. Ramenée au troisième jeudi de novembre donc. Annoncé à la craie sur l’ardoise, le beaujolais nouveau est aussi attendu dans les bistrots parisiens que l’arrivée du beurre ou du savon dans la France (d’après-guerre) des tickets de rationnement. Et ce qui se passe alors en France et à Paris en particulier amuse les Anglais au point qu’ils affluent en Beaujolais entre le 12 et le 15 novembre et se font parachuter pour certains des caisses de vins sur Londres. L’engouement est contagieux, le beaujolais nouveau s’internationalise. De Londres à New York, tous veulent désormais “leur” beaujolais nouveau au même moment. Ajoutez la logistique à cette compétition (les camions n’ont pas le droit de rouler le dimanche…) et le 3ème jeudi de novembre est entériné en 1985 comme 1er jour de dégustation

(...) Cliquez ici pour voir la suite