5 livres à lire pendant le confinement

Chère Françaises, chers Français coincés à domicile avec boulot et marmots, vous avez entendu comme moi, le Président de la République s'exprimer hier lundi 16 mars. Emmanuel Macron n'a pas seulement dit six fois "Nous sommes en guerre", il a aussi donné un conseil: "Lisez". Rien de tel en effet qu’un bon bouquin pour s’évader, faire la nique au Coronavirus et au confinement. Oui mais quoi lire, vous demandez-vous ? C’est bien parce qu’il n’est pas facile de choisir, que nous avons décidé de vous donner tous les cinq jours cinq conseils de romans formidables à dévorer. Il y en aura pour tous les goûts et tous les appétits, je vous le garantis. Alors faites votre choix, respirez et tournez la page !

Conseils introductifs. Je recommande à celles et ceux qui n’ont pas pratiqué la lecture depuis longtemps de commencer par L’éternel printemps de Marc Pautrel (Gallimard), un livre très court, idéal pour se remettre en jambes. Puis une fois au top de votre forme, enchaînez avec Une partie de badminton d’Olivier Adam (Flammarion), et ne vous arrêtez plus. Plongez avec Murène de Valentine Goby (Actes Sud) et lancez vous dans Le champ de bataille de Jérôme Colin qui vous aidera à supporter petits et grands avec le sourire ou attaquez vous à Une bête au Paradis de Cécile Coulon (L'iconoclaste).

Comment se les procurer? Vous connaissez les grands sites marchands mais n'oubliez pas de contacter le libraire prêt de chez vous (il a besoin de vous!). Si elles sont fermées de nombreuses librairies prennent les commandes par téléphone ou par mail et postent les livres à votre domicile.

1/ L’éternel printemps de Marc Pautrel, éd. Gallimard, 128 p., 13 €. Ce tout petit livre (128 pages, format poche) parle d’un grand amour. Et ne fait d’ailleurs qu’en parler comme cet écrivain épris d’une femme de neuf ans son aînée qui vend des livres anciens. Ces deux-là discutent ensemble des heures durant, debout ou assis, dans la rue, à la librairie, en mangeant ou en marchant dans Paris. Ils se font

(...) Cliquez ici pour voir la suite