Ces médicaments à utiliser avec précaution après 60 ans

Getty Images/iStockphoto

Les médicaments comportent tous des effets indésirables, plus ou moins sévères. Mais quand on prend de l’âge, la physiologie et le métabolisme de notre organisme évoluent. Le risque est alors de devenir plus vulnérables à certaines classes de médicaments.

Diclofénac, Ibuprofène, Kétoprofène…Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont des antalgiques (ou antidouleurs) très utilisés par les plus de 60 ans. Et la plupart sont disponibles sans ordonnance.

Cette classe de médicaments présente pourtant un risque d’ulcères gastroduodénaux et d’hémorragie digestive, accru lorsqu’on prend de l’âge. Ils peuvent également faire augmenter la pression artérielle.

Lorsque c’est possible, préférez d’autres antalgiques à moindre risque, comme le paracétamol, à condition de respecter la dose maximale journalière de trois grammes par jour.

Si votre médecin vous prescrit un AINS, il s’assurera de surveiller votre pression artérielle et associera ce traitement à un médicament antiacide pour protéger votre tube digestif.

Ces médicaments sont utilisés pour empêcher la formation de caillots sanguins. Ils sont ainsi prescrits en cas de phlébite, d’immobilisation temporaire liée par exemple à une opération, ou encore aux personnes qui souffrent d’un trouble du rythme cardiaque.

Mais ces médicaments, en particulier ceux qui contiennent de la warfarine, présentent un risque accru d’hémorragie, qui devient plus préoccupant à mesure que l’on prend de l’âge car le risque de chute - et donc d’hémorragie (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite