5 remèdes naturels pour retrouver un sommeil réparateur

Le sommeil chimique, induit par la prise de somnifères, n’a rien à voir avec le sommeil naturel. "C’est une perte de conscience artificielle, comparable à une anesthésie légère, un état hypnotique qui n’apporte aucun des bénéfices du vrai sommeil", explique le Dr Patrick Lemoine, docteur en neurosciences, psychiatre et auteur de Docteur, je ne dors pas ! Le sommeil en 50 questions (éd. In Press).

Pourtant 46 millions de boîtes environ sont vendues chaque année en France, selon une étude de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Leur usage doit rester ponctuel, car pris au long cours, ces psychotropes peuvent générer de sérieux effets indésirables. Outre la dépendance et l’accoutumance, ils engendrent une somnolence durant la journée, un manque de concentration et un risque accru de chutes, donc de fractures. Pire : ils peuvent générer ou aggraver une apnée du sommeil. Une étude de l’université de Bordeaux a même montré que la majorité des anxiolytiques et somnifères (benzodiazépines) dégradent à long terme la mémoire et élèvent le risque de dégénérescence cérébrale. En avaler plus de trois mois d’affilée augmenterait de 51% le risque de maladie d’Alzheimer dans les années qui suivent ! Mieux vaut donc s’en remettre à des solutions naturelles pour se blottir dans les bras de Morphée.

Quels sont les bienfaits du sommeil ?

"Dormir n’est pas une perte de temps", assure Mounir Chennaoui, docteur en physiologie à l’Institut de recherche biomédicale des armées (Irba) et coauteur de Bien dormir pour les nuls (éd. First). Beaucoup de mécanismes de régulation de l’organisme sont en effet à l’œuvre durant le sommeil.

Récupérer ses capacités physiques. Pendant la nuit, les cellules endommagées se réparent et éliminent leurs toxines. Les muscles se revigorent, la peau cicatrise, les défenses immunitaires s’affutent et notre stock d’énergie se reconstitue pour que le corps puisse fonctionner à plein régime le lendemain. Le système cardiovasculaire reprend également des

(...) Cliquez ici pour voir la suite