5 vérités sur la cigarette électronique

Si la cigarette électronique renferme de la nicotine, présente dans l’e-liquide à chauffer, elle ne dégage ni monoxyde de carbone ni goudrons et autres composés induits par la combustion de la cigarette traditionnelle. Or ce sont ces substances qui confèrent sa toxicité au tabac. En 2015, l'équivalent britannique de Santé Publique France, Public Health England, a comparé l’impact sur la santé de l’une et de l’autre. Elle a conclu que la cigarette électronique était 95 % moins nocive que la cigarette classique, notamment parce que le risque pulmonaire et cardio-vasculaire que la première engendre est minime par rapport à celui auquel expose la seconde.

Il est fréquent que les nouveaux vapoteurs se plaignent de maux de tête, de nausées ou d’une sensation de bouche pâteuse. Ces symptômes sont à mettre sur le compte d'une surdose de nicotine et peuvent facilement être atténués en choisissant un e-liquide moins fortement dosé (le taux de nicotine peut varier de 0 à 18 mg/ml). Parfois, une sensation de gorge qui gratte apparaît, due au fait que la cigarette électronique n'a pas le pouvoir « anesthésique » de la fumée du tabac.

La fabrication des e-liquides est encadrée par un texte élaboré en 2014 par le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne, la directive sur les produits du tabac, entrée en vigueur en France le 21 mai 2016. Elle limite notamment la contenance des flacons à 10 ml et la concentration en nicotine de ces derniers à 20 mg. Par ailleurs, leurs arômes doivent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles