5 vérités sur le moustique tigre

Après le climat doux et pluvieux de cet hiver et la chaleur du mois d'avril, le moustique tigre - vecteur de la dengue et du chikungunya - se répand à vitesse grand V dans l'hexagone. Six nouveaux départements ont été placés en vigilance rouge, soit 57 départements désormais concernés en France par le site Vigilance-Moustiques.

Un nouveau venu en Europe

Jusqu’à la fin des années 1970, on ne trouvait ce moustique que dans le Pacifique et l’océan Indien. Ensuite, Aedes albopictus a envahi plus de 80 pays en Amérique, Afrique et Europe. Arrivé en France en 2004 par la Méditerranée, il colonise désormais 33 départements métropolitains, en plus de la Réunion et Mayotte. Mais ce sont ses larves qui voyagent (dans les cargaisons de pneus usagés notamment). Le moustique, lui, ne s’éloigne pas de plus de 100 mètres de son lieu de naissance.

Il peut véhiculer certaines maladies dangereuses

Le moustique tigre est le vecteur d’une trentaine de virus (regroupés sous le terme d’arbovirus) dont la dengue, le chikungunya, le zika… En France métropolitaine toutefois, le risque d’infection est faible. Pour transmettre la maladie, il faut que le moustique ait piqué quelqu’un déjà infecté par un arbovirus, ce qui reste rare en métropole. La plupart du temps, le moustique tigre n’inflige donc qu’une piqûre désagréable.

Méfiez-vous des femelles !

Si le moustique tigre mâle ne pique pas, la femelle, elle, peut devenir une tueuse ! Jusque-là, les épidémies de dengue et de chikungunya françaises ont surtout sévi aux Antilles, en Guyane et en Nouvelle-Calédonie. Dans la majorité des cas, les malades souffrent surtout de grosses fièvres mais des complications graves peuvent survenir. Depuis le début de l’année, la dengue transmise par le moustique tigre a déjà causé huit décès en Nouvelle-Calédonie.

Fièvre brutale après une piqûre : il faut consulter

C’est l’un des symptômes de la dengue, du chikungunya et parfois de zika. Les douleurs articulaires doivent aussi alerter. D’une façon générale, si on est

(...) Cliquez ici pour voir la suite