5 vérités sur les tremblements

De la tête aux mains

Le tremblement essentiel, comme les médecins l'appellent, se manifeste dans le mouvement et la posture. Les gestes de la vie courante (se maquiller, nouer ses lacets, manger sa soupe...) deviennent compliqués. Ce trouble neurologique atteint les deux mains, et parfois la tête ou la voix, qui chevrote. Il s'arrête quand les muscles sont au repos complet. Une personne sur vingt en souffrirait après 65 ans. Il y a une composante génétique à ces dérèglements et la recherche a pointé l’implication du cervelet. Pour les atténuer, on peut prendre plusieurs sortes de médicaments, ponctuellement ou en continu. Sachez que le stress, les émotions et la fatigue les majorent alors que l’alcool – on n’en abuse pas pour autant ! – les réduit.

Agitation même au repos, c’est Parkinson

Des tremblements lents et asymétriques qui surviennent au repos et s’atténuent dès que la personne se met en action peuvent évoquer la maladie de Parkinson. Mais elle se caractérise surtout par une lenteur et une raideur musculaire. La perte d’odorat serait un signe avant-coureur. Cette affection – d’origine génétique et environnementale – est due à la destruction progressive des cellules nerveuses responsables de la synthèse de dopamine, un neurotransmetteur impliqué dans la motricité. Le traitement vise donc à combler le manque de dopamine sous forme orale ou via une pompe. Il permet de soulager les malades plusieurs années.

Stress et médicaments, de sacrés perturbateurs

Qui n’a pas déjà trembloté sous le coup d’une émotion, du stress ou d’un effort physique soutenu ? Cette simple exagération du mini-tremblement naturel qu’on a tous n'a rien d'inquiétant. Tout rentre dans l‘ordre quand la situation revient à la normale. Des médicaments occasionnent aussi ce genre de désagréments, tels les neuroleptiques stabilisateurs de l’humeur, des antidépresseurs, certains antiépileptiques, des bêtamimétiques... En cause également, les perturbations métaboliques : manque de sucre, hyperthyroïdie ou

(...) Cliquez ici pour voir la suite