55 organisations réclament un grand débat sur la santé à l'occasion de la campagne présidentielle

·1 min de lecture
© AFP

Des représentants du secteur sanitaire ont écrit une lettre ouverte sommant les candidats à l'élection présidentielle de proposer de vraies réformes du système de soins.

"On arrive au bout d'un modèle", concédait Emmanuel Macron dans sa récente interview au Parisien. De tribunes en grèves, le constat a fini par être partagé : les soignants sont épuisés par le Covid-19, mais surtout las d'officier dans un système de soins inadapté à une population vieillissante ; et les augmentations de traitements du Ségur de la santé n'ont guère redonné d'espoir. Mais la santé n'est toujours pas au cœur de la vie démocratique. Craignant de la voir passer à l'arrière-plan comme à chaque présidentielle, 55 organisations représentant les secteurs hospitalier, libéral, médicosocial, des syndicats, des ordres, des associations de patients ou d'élus plaident, dans une lettre ouverte aux candidats publiée par le JDD, pour l'organisation d'un débat public le 17 mars sur l'avenir du système de santé.

La Fédération hospitalière de France (FHF), qui coordonne ce projet en partenariat avec Science Po Lille et l'École supérieure de journalisme de Lille, espère qu'une chaîne télévisée acceptera de diffuser, à l'occasion du deuxième anniversaire du début du premier confinement, ce grand oral auquel plusieurs candidats semblent prêts à participer. "Les crises sont des moments de mise à l'épreuve collective, écrivent les signataires, [l']événement d'ampleur qui nous frappe nous oblige à repenser le système de santé."

Lire aussi - René Dosière sur la présidentielle en temps de Covid : "Cette campagne risque d'être moins coûteuse"

Un sursaut des politiques

Fin connaisseur d...

Lire la suite sur LeJDD

VIDÉO - Taubira s'ajoute dans la course à la présidentielle

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles