#5Novembre16h47 : les femmes travaillent bénévolement jusqu’à la fin de l’année

Marie-Stéphanie Servos

Nous sommes le 5 novembre 2019, et à partir de 16h47 les femmes commencent à travailler bénévolement jusqu’à la fin de l’année. Une date calculée par le collectif féministe Les Glorieuses à partir des chiffres des inégalités salariales. En l'occurrence en France, selon les données Eurostat, les femmes actives sont payées 15,4% de moins que les hommes. Un écart qui, rapporté au nombre de jours ouvrés en 2019, donne la date du 5 novembre à 16h47. 

Comme chaque année, le collectif féministe Les Glorieuses calcule le moment à partir duquel les femmes commencent à ne plus être payées. Une date mise à jour depuis 2016 : #7Novembre16h34, #3Novembre11h44 et #6Novembre15h35. Depuis le temps, où en est-on ? « Depuis 5 ans, les pouvoirs publics font bouger les lignes de l’égalité salariale mais ces efforts ne suffisent pas, déplore Rebecca Amsellem, fondatrice des Glorieuses. Nous avons certes observé une évolution à hauteur de 0,5 point, sauf qu’à ce rythme-là, ce ne sera qu’en 2168 que les femmes seront aussi bien rémunérées que les hommes. On ne peut plus attendre ».

À partir de demain, les Françaises travailleront "gratuitement" jusqu'au 31/12, selon le calcul réalisé par @Les_Glorieuses pour rappeler les inégalités salariales hommes-femmes. Voici un tour d'horizon des écarts de rémunération ♂️♀️ dans l'UE :https://t.co/RswpcKH40W pic.twitter.com/R4MHRaFbko

— Statista France (@Statista_FR) 4 novembre 2019

 Trois mesures pour enrayer les inégalités salariales entre femmes et hommes

Et malgré les tentatives du gouvernement pour avancer sur la question de la lutte contre les inégalités salariales, avec notamment la création de l’index égalité visant à inciter les entreprises à s’améliorer, la situation piétine, et selon Les Glorieuses, ces mesures ne suffisent pas. « Le gouvernement adopte un lexique très féministe, très progressiste, mais au-delà du vocable,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi