6 astuces pour moucher correctement bébé

Tomber malade peut arriver à tout le monde. Et les enfants sont loin d’être épargnés par le rhume, bête noire des parents. Tout comme les adultes, les tout-petits ont besoin d’évacuer plusieurs fois dans la journée les sécrétions nasales pour ne pas être gênés, afin qu’ils puissent dormir correctement et surtout guérir plus vite. C’est à ce moment que les parents rentrent en action. Ils doivent moucher leur petit bout de chou.

Pratiquer un lavage de nez chez son bébé est indispensable lorsqu’il est enrhumé. Jusqu’à deux ou trois ans, le nourrisson est incapable de se moucher tout seul. Il a donc besoin de ses parents pour dégager son nez. Si ce geste n’est pas réalisé, votre enfant ne pourra pas respirer correctement. En outre, les germes pathologiques qui obstruent son nez risquent de se proliférer et de provoquer une infection plus grave.

Nettoyer le nez de votre tout-petit est primordial car cela permet non seulement réduire son encombrement nasal mais aussi de prévenir les rhumes, les otites, les rhinopharyngites, les bronchites et les bronchiolites. Si se moucher est relativement simple pour un adulte, ce n’est pas le cas pour un bébé, car lui laver le nez ne se résume pas uniquement à lui nettoyer les narines avec du sérum physiologique. Autre difficulté : un nourrisson bouge souvent et a du mal à rester en place.

Dégager le nez de son enfant n’est donc pas de tout repos. Pour faciliter l’opération, adoptez quelques gestes et utilisez les bons produits pour bien le désencombrer, en douceur, sans agresser ses muqueuses.

Préférez le lavage de nez au mouche-bébé

Le mouche-bébé est un instrument qui permet d’aspirer manuellement ou électriquement les mucosités contenues dans les fosses nasales du nourrisson. Bien que cette technique soit pratique et nécessite l’usage du sérum physiologique, elle n’est pas pour autant meilleure. En effet, le mouche-bébé reste moins efficace que le lavage de nez car il débouche moins les narines.

À choisir, privilégiez ainsi le lavage de

(...) Cliquez ici pour voir la suite