6 conseils pour lutter contre la sédentarité au bureau

Une personne est définie comme sédentaire lorsqu’au travail elle passe entre six-sept heures par jour assise. Cette nouvelle habitude de travail augmenterait les risques de maladies cardiovasculaires comme l’hypertension artérielle, la dyslipidémie ou le diabète. François Carré, cardiologue au CHU de Rennes, donne des astuces simples à mettre en place au bureau afin d’être plus actif.

Débuter sa journée en échauffant son corps

Le matin, commencez par réveiller votre corps. Par exemple, garez-vous un peu plus loin ou descendez une ou deux stations avant votre arrêt de bus pour marcher quelques minutes avant de démarrer la journée de travail.

"La pire des choses est de sortir de son lit, monter dans sa voiture, prendre l’ascenseur et s'asseoir dans son siège. On part avec des mauvaises conditions pour notre journée de travail, car notre organisme est encore endormi" explique le Dr François Carré.

Bien se positionner pour avoir un cadre de travail optimal

Une fois devant votre bureau, vérifiez que tout est bien en place : la hauteur du siège, l’écran à la hauteur des yeux pour ne pas avoir à trop lever ou pencher la tête, les coudes posés à la bonne hauteur.

Se dégourdir les jambes, toutes les deux heures

"C’est une erreur de penser qu’une pause de trois à cinq minutes, après deux heures devant un écran, est contre-productif. Au contraire, ce temps de répit redonne une capacité de concentration pour les deux prochaines heures" développe le Dr François Carré.

Comment utiliser cette mini-pause à bon escient ? Vous pouvez vous lever, marcher, réaliser des assouplissements, des flexions. "Dans le futur, on envisage même que les ordinateurs se couperont au bout de deux heures pour montrer aux personnes qu’elles en font trop"

Placer ses jambes correctement

Installer ses jambes à plat ou étendues devant soi sont les positions idéales pour nos gambettes. Au bureau, les personnes ont tendance à replier leurs jambes sous leur siège, un geste qui augmenterait le risque de développer des phlébites.

"Un

(...) Cliquez ici pour voir la suite