6 conseils de pneumologue pour prendre soin de ses poumons

Lorsque nous respirons, l’air passe par la trachée puis les bronches et les bronchioles jusqu’aux alvéoles. C’est au niveau de ces minuscules petits sacs que s’effectuent les échanges gazeux avec le sang : l’oxygène y pénètre et le gaz carbonique y est rejeté. Chacun de nos poumons dispose de près de 300 000 alvéoles. Dépliées, elles atteignent la surface d’une moitié de terrain de tennis !

Au repos nous utilisons environ 10% de notre capacité respiratoire, un chiffre qui monte à 50% dès que nous pratiquons un exercice physique. Ces alvéoles sont exposées en permanence aux particules véhiculées par l’air : poussière, virus, fumée de tabac, pollution… Le mucus qui tapisse les narines, la trachée et les bronches permet de les piéger en partie. Le système immunitaire fait le reste.

Mais ces systèmes de protection peuvent se trouver débordés, avec pour conséquences des pathologies des bronches. Les principales sont l’asthme et la BPCO (Bronchopneumopathie chronique obstructive). Cette dernière, dont le tabac est la principale cause, se caractérise par une inflammation et une obstruction permanente et progressive des bronches et une destruction des alvéoles. L’oxygénation du sang est altérée et la capacité respiratoire très réduite.

6 gestes simples pour protéger mes poumons

J’arrête de fumer. La nicotine est un neurotransmetteur qui déclenche de puissantes sensations de plaisir au niveau cérébral. C’est pour cela qu’il est difficile de s’en sevrer. L’aide d’un spécialiste, professionnel de santé formé à la tabacologie peut faire la différence (e-coaching, contacts et informations sur Tabac Info Service) " Lors de l’entretien, la mise en balance des avantages et des inconvénients permet de faire la part des choses ", explique la Dr Bellocq. Il ne faut pas hésiter à avoir recours aux substituts nicotiniques. Le vapotage, l’acupuncture, la relaxation, l’hypnose… sont également de bonnes alternatives. " Toute tentative est intéressante, même si elle n’aboutit pas. Car plus on

(...) Cliquez ici pour voir la suite