6 idées d'antipasti pour l'été

·1 min de lecture

De fines tranches de veau recouvertes d'une sauce au thon, émulsionnée comme une mayonnaise avec des jaunes d’œuf, des anchois, des câpres, de l’huile d’olive et du jus de citron. Piémontais, ce classique des antipasti est à l’origine constitué d'anchois, répandus sur le littoral voisin de Ligurie, et est fixé au XIXe siècle, dans sa version moderne. Des variantes existent, comme en Sicile, où la sauce est réalisée à partir de sardines à l’huile, ou en Argentine, où le Vitel Tonné trône traditionnellement sur les tables de Noël, les émigrés ayant remplacé le veau par du bœuf.

Ils tiennent leur nom de leur apparence de boules orangées semblables à de «petites oranges». Pour certains, les arancini seraient apparus au IXe siècle, à l’époque de la domination arabe, dans une version sucrée décorée de feuilles d’oranges. Les boules de riz au safran sont ensuite remplies avec de la viande, des herbes et des légumes. Au XIIIe siècle, c’est pour permettre au roi de Sicile, Frédéric II, de les déguster n’importe où que l’on ajoute la panure. Ces croquettes se déclinent partout en Italie, des petites «palle di riso» de Naples aux «suppli» romains, aux cœurs en mozzarella.

Avec ses ingrédients aux couleurs du drapeau italien, cette star des salades aurait une paternité royale. L’insalata caprese aurait été parachevée, au début des années 1950, dans le golfe de Naples, pour satisfaire le roi Farouk d’Egypte, alors en exil. En escale à Capri, le monarque aurait commandé, après sa baignade, «un (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles