60 ans de tragédies dans les stades de football

En octobre 2021, le Parlement français a adopté une proposition de loi prévoyant qu'aucun match professionnel ne soit joué les 5 mai. (P. Pochard/L'Équipe)

Le drame qui a fait au moins 174 morts ce week-end en Indonésie dans un mouvement de foule au milieu des gaz lacrymogènes est le dernier d'une longue liste.

Au moins 174 personnes sont mortes samedi dans un mouvement de foule en Indonésie quand des milliers de fans ont envahi un terrain de football et ont été aspergés de gaz lacrymogènes. Retour sur les tragédies qui ont frappé le football depuis soixante ans.

2 février 2012, Port-Saïd (Égypte)


74 personnes sont mortes dans des violences à l'issue de la victoire d'Al-Masri sur Al-Ahly (3-1). Des supporters ont alors envahi la pelouse. Images de chaos, cordon de sécurité pour protéger les joueurs submergé... Les Frères musulmans, qui venaient de remporter les élections législatives, avaient immédiatement accusé les partisans de l'ancien président Hosni Moubarak d'être à l'origine des violences.

29 mars 2009, Abidjan (Côte d'Ivoire)


19 morts et plus de 130 blessés sont à déplorer au Stade Félix Houphouët-Boigny lors d'un match de qualification pour la Coupe du monde 2010 entre la Côte d'Ivoire et le Malawi. Des spectateurs mécontents de ne pas pouvoir entrer dans le stade font céder un portail d'accès à une tribune avant une bousculade mortelle.

lire aussi


Ce que l'on sait de la tragédie dans un stade en Indonésie

14 septembre 2008, Butembo (RDC)


Après une bousculade consécutive à une intervention policière au Stade Matokeo lors d'un match amical entre Socozaki et Nyuki System, le bilan est le suivant : 13 morts et 54 blessés.

10 mai 2001, Accra (Ghana)


127 morts, écrasés ou asphyxiés, et plusieurs centaines de blessés à la fin du match de Championnat entre Hearts of Oaks et Kumasi. Les supporteurs de Kumasi, mécontents de la défaite, jettent des projectiles et cassent des sièges. L'enquête fustigera l'intervention de la police mais aussi la fermeture des portes du stade.

11 avril 2001, Johannesburg (Afrique du Sud)


Des milliers de supporters sans billet forcent l'entrée du stade Ellis Park, déjà plein à craquer, au cours d'un match de Championnat Orlando Pirates-Kazser Chiefs, provoquant la mort de 43 personnes. Dix ans plus tôt, lors d'un match à Orkney, entre les mêmes équipes des affrontements avaient fait 42 morts après l'annulation d'un but par l'arbitre.

5 mai 1992, Bastia (France)


19 morts et 2 357 blessés sont à déplorer avant le coup d'envoi de la demi-finale de Coupe de France Bastia-Marseille, la partie haute d'une tribune provisoire de 10 000 places s'étant effondrée. En octobre 2021, le Parlement français a adopté une proposition de loi prévoyant qu'aucun match professionnel ne soit joué les 5 mai.

15 avril 1989, Sheffield (Angleterre)


96 supporters de Liverpool ont trouvé la mort lors de la tragédie d'Hillsborough, dans le stade du même nom à Sheffield. Venus assister à la demi-finale de Cup entre Liverpool et Nottingham Forest, des milliers de spectateurs s'étaient retrouvés agglutinés, écrasés et étouffés contre les grilles de l'enceinte, avant même le coup d'envoi, en raison d'un mouvement de foule.

29 mai 1985, Bruxelles (Belgique)


39 personnes, principalement des Italiens (32), ont perdu la vie lors de la finale de la Coupe d'Europe des clubs champions remportée par la Juventus face à Liverpool (1-0) grâce à un but de Michel Platini au stade du Heysel. Les médecins avaient aussi dénombré 600 blessés graves. Une charge de hooligans anglais avait provoqué un mouvement de foule, écrasant des centaines de supporters contre un mur du stade et provoquant de nombreux décès, souvent par étouffement.

11 mai 1985, Bredford (Angleterre)


56 morts et 200 blessés dans l'incendie au sein de la tribune principale en bois au cours du match de troisième division Bradford-Lincoln City. La foule s'est heurtée à des portes fermées.

17 février 1974, Le Caire (Égypte)


48 morts et 47 blessés lors d'un match amical entre le club local de Zamalek et le Dukla Prague (République tchèque). 80 000 personnes avaient voulu pénétrer dans un stade de 40 000 places et une grille a cédé...

2 janvier 1971, Glasgow (Écosse)


66 morts au cours du derby Rangers-Celtic dans un mouvement de foule dans une tribune de l'Ibrox Stadium. Un mouvement de foule à la suite d'une égalisation dans ce stade vétuste - un escalier fragile notamment - qui avait déjà été le lieu d'une tragédie : 26 morts en raison de l'effondrement d'une tribune pendant un Écosse-Angleterre en 1902.

23 mai 1964, Lima (Pérou)


320 personnes sont mortes et plus d'un millier a été blessé dans un mouvement de foule au stade Nacional de Lima au cours d'un match de qualification pour le tournoi olympique entre le Pérou et l'Argentine. À la suite d'un mouvement de foule dans les tribunes, les portes du stade étant fermées, les supporters n'ont pu s'échapper et sont morts piétinés ou asphyxiés.