7 conseils pour un périnée en pleine forme

Cet ensemble de muscles qui s’étendent tel un hamac depuis le pubis jusqu’au coccyx joue un rôle essentiel dans l’épanouissement féminin tout au long de la vie. Il soutient les organes logés dans le petit bassin (vessie, utérus, rectum) et contribue à une sexualité satisfaisante. Quand il manque de tonicité, les sensations sont moindres lors des rapports intimes. Un périnée exténué assure en outre moins bien la fermeture des sphincters, d’où un risque accru de fuites urinaires et d’incontinence. Plus de 6 millions de femmes seraient concernées. Et quand le plancher pelvien est à bout de souffle, un prolapsus (descente d’organes) peut survenir. Mieux vaut donc ne pas lui infliger de traumatismes. "L’objectif n’est pas de muscler énormément son périnée mais de favoriser son élasticité et sa mobilité", souligne Efféa Aguiléra, thérapeute spécialisée en périnéologie, auteure de Un périnée heureux c’est possible ! (éd. Le courrier du livre).

Rééquilibrer sa posture

Le périnée n’est pas dissocié du reste du corps. "De par sa position et sa fonction, il participe activement à l’équilibre du squelette par le jeu des chaînes musculaires avec lesquels il est en lien", explique Efféa Aguiléra. Si notre colonne n’est pas bien alignée, des mécanismes de compensation se mettent en place : un genou tourne et le bassin s’incline pour contrebalancer la distorsion par exemple. Ces ajustements se répercutent sur le périnée car ses attaches sur les os se tendent alors à outrance. Résultat : trop sollicité, il s’épuise au fil du temps. Le port de hauts talons le fragilise aussi. En déplaçant le centre de gravité vers l’avant, il fait basculer le bassin et accroît la pression sur le périnée. Réservez-les uniquement pour les grandes occasions.

Choisir la bonne chaise de bureau

"Chaises, fauteuils et canapés nous avachissent… et notre périnée avec", remarque Efféa Aguiléra. L’un de ses pires ennemis est la chaise de bureau à roulettes. Elle incite peu à se lever et génère des micromouvements parasites

(...) Cliquez ici pour voir la suite