7 critères à prendre en compte avant de se faire tatouer

·1 min de lecture

Autant être bien informé avant de passer à l’acte. Si cette pratique séduit de plus en plus de monde, et pas uniquement les jeunes, elle n’est pas si anodine.

Tout le monde ne peut pas

D’abord, le tatouage n’est pas recommandé si vous souffrez d’une maladie de peau. « L’effraction cutanée peut provoquer une poussée d’eczéma, de psoriasis ou de lichen plan chez les personnes prédisposées à ces affections », informe le Dr Isabelle Catoni, dermatologue. Rappelons que le tatouage est également interdit aux mineurs sans le consentement de leurs parents. Et, on le sait moins, la technique doit être proscrite durant la grossesse. Il n’y a pas de risque vital pour le bébé à venir, « mais le procédé déclenche une réaction immunitaire au cours d’une période où le système de défense est justement moins efficace. Sans oublier que le geste est douloureux. Or on sait désormais que le fœtus perçoit toutes les sensations et les émotions de sa mère ».

Il faut supporter la douleur

On ressent tout d’abord une sensation de piqûre quand l’aiguille pénètre dans la peau, puis de brûlure lorsque l’encre se diffuse. L’intensité de la douleur dépend de la réactivité de chacun mais aussi de l’endroit choisi. Le pied, la main ou le visage font partie des régions les plus sensibles, de même que les zones osseuses très innervées comme les genoux, les côtes ou le sternum. Alors que les tatouages sur les bras, les cuisses ou les mollets sont plus faciles à supporter. Si l’on n’a jamais tenté l’expérience, on peut commencer par un...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles